La guerre des talents est commencée : quel est votre plan de bataille?

Les entreprises assez solides pour survivre à la récession font maintenant face à un nouveau défi : la reconstitution des effectifs dans un climat de compétition accrue pour attirer les travailleurs qualifiés.

La récession mondiale qui a commencé vers la fin de 2007 a mené à la perte de plus de huit millions d’emplois aux États-Unis. Il s’agit de la plus grande contraction du marché de l’emploi depuis la Grande Dépression de 1929. Avec la reprise économique, la demande pour des prestations de chômage aux États-Unis a atteint son plus bas niveau depuis les 42 dernières années. Les entreprises ont de plus en plus de difficulté, non seulement à pourvoir de nouveaux postes, mais aussi à retenir leurs employés.

En période de déclin, les réductions d’effectifs, les baisses de salaires et les réductions d’avantages sociaux étaient monnaie courante. Avec la diminution des ventes et la baisse des profits, plusieurs entreprises luttaient pour éviter d’avoir à mettre la clé sous la porte. Nombre d’entre elles ont été forcées de fermer boutique, incapables de survivre à la crise économique. Les travailleurs mis à pied cherchaient de nouveaux postes pendant des mois. Après avoir tenté sans succès de trouver un emploi dans leur domaine, ils devaient souvent se résigner à accepter n’importe quelle offre, généralement pour un salaire beaucoup plus bas. L’offre et la demande jouaient en faveur des entreprises.

L’économie exacerbe la compétition pour attirer les travailleurs
Les entreprises qui étaient assez solides pour survivre font maintenant face à un nouveau défi : la reconstitution des effectifs. Avec la reprise économique, la lutte pour attirer une main-d’œuvre qualifiée s’intensifie. Plusieurs travailleurs reçoivent maintenant des offres de différentes entreprises, ce qui entraîne une hausse des salaires et une augmentation des avantages sociaux. Bien que le phénomène puisse sembler récent, il s’agit d’une tendance fréquente à la suite d’une relance économique. Les réserves de talents s’amenuisent dans presque tous les secteurs, des métiers spécialisés aux postes de professionnels, y compris dans la plupart des disciplines du génie. Les postes d’ingénieur en logiciels seront probablement les plus touchés par la pénurie de travailleurs, selon un article sur le secteur de la cybersécurité. Dans cet article, Veronica Mollica, fondatrice d’Indigo Partners, affirme : « Les candidats reçoivent des offres concurrentes de diverses entreprises, avec des hausses de salaire moyennes de plus de 30 %. Les employeurs font des pieds et des mains pour retenir les talents avec des contre-propositions comportant des hausses de salaire de 10 % ou plus pour convaincre les membres de leur équipe de sécurité de l’information de rester en poste. »

Selon un sondage de CareerBuilder, il y a eu plus de 2,5 millions d’offres d’emploi dans l’industrie de l’ingénierie de 2014 à 2015, mais seulement 567 000 candidats actifs pour ces emplois.

Dans la sphère des métiers spécialisés, un récent rapport d’HomeAdvisor signalait que la pénurie de main-d’œuvre nuisait considérablement à la croissance des entreprises dans les domaines de la construction résidentielle et de l’aménagement. Un article de Forbes suggère que le vieillissement de la population américaine serait responsable de la pénurie, mais en vient aux mêmes conclusions que les comptes rendus mentionnés plus tôt. Selon l’article, Walmart a annoncé une hausse des salaires pour faire face au resserrement du marché du travail. Cette décision trouve un écho dans plusieurs états, où l’on réclame un salaire minimum plus élevé, ce qui se répercute généralement sur l’ensemble des salaires.

Stratégies d’embauche et de rétention

• raccourcir le cycle d’embauche pour retenir les candidats et les empêcher de se tourner vers la concurrence;
• offrir des formations polyvalentes aux employés pour qu’ils aient intérêt à demeurer au sein de l’entreprise;
• offrir davantage de possibilités d’avancement pour motiver et stimuler les employés.

 

Certaines entreprises avant-gardistes ont moins de problèmes à attirer et retenir les travailleurs qualifiés, puisqu’elles ont découvert le concept de « club-école ». Chez EASi, nous avons perfectionné ce concept, puisque nos services incluent l’embauche, l’intégration, la gestion et le perfectionnement de stagiaires en ingénierie hautement qualifiés. Cette solution profite à tous, puisqu’elle permet aux employés débutants d’acquérir une expérience pratique. Pour sa part, l’employeur a la chance de choisir parmi de nombreux talents qui connaissent déjà les processus et procédures de l’entreprise et qui ont démontré qu’ils méritaient d’être engagés à temps plein.

Avec une main-d’œuvre qui se raréfie, la loi de l’offre et de la demande désavantage les entreprises et favorise les chercheurs d’emploi. À moins d’une récession qui viendrait freiner la lancée, le secteur devra réaliser que des salaires plus élevés et une concurrence accrue deviennent la nouvelle norme, du moins pour le moment.

Source : Département du Travail américain